Panier
(0 Articles)

 

--> original review

Cette parution offre la possibilité de découvrir la musique médiévale des rives de la mer Baltique, un répertoire inédit intelligemment proposé par Agnieszka Budzińska-Bennett et ses musiciens.

Mare Balticum vol. 2_TacetDéjà remarqué lors d’un premier volume consacré aux musiques médiévales du Danemark, l’Ensemble Peregrina situé à Bâle propose le deuxième volet de sa collection « Mare Balticum » qui en comportera quatre.

Il est bon de rappeler la situation de la mer Baltique, dans cette grande partie de l’Europe du Nord présentant une vaste étendue presque fermée, entourée de terres imprégnées de fortes traditions musicales. Ce programme éclaire sur le répertoire vocal sacré en Finlande et en Suède du XIVᵉ au XVIᵉ siècles. Issus de divers recueils de chants destinés aux communautés religieuses comme le Abo gradual, le Piae canciones ou le Cantus sonorum de Stockholm, Agnieszka Budzińska-Bennett a sélectionné les pièces les plus significatives écrites pour la liturgie. Des hymnes, des répons et autres Alléluia chantés en monodie ou à deux voix, parfois a cappella, ou accompagnés par quelques instruments médiévaux.

Cette mise en scène capte une ambiance particulière que la petite église de Binningen près de Bâle en Suisse restitue pleinement, telle une vieille chapelle de couvent. À ce propos, le label Tacet soigne toujours particulièrement bien ses prises de son. Pour ceux qui bénéficient d’une installation Surround 5 points, le format SACD permet une mise en espace tout à fait étonnante. Également disponibles sur le même support CD, les deux pistes stéréo habituelles conservent de manière satisfaisante une ambiance des plus aérées, au service d’une netteté indispensable à ces chants. Des voix au nombre de neuf, sept sont féminines, soutenues par deux voix d’homme, celles de Baptiste Romain et Marc Lewon qui assurent avant tout l’accompagnement instrumental (vielle, luth et cistre). Ces instruments interviennent « colla parte » à l’unisson des voix, ou plus individuellement. Il y a ici une perception générale apaisante qui rend l’écoute particulièrement agréable.

On reconnaîtra aisément quelques mélodies en usage dans la liturgie catholique comme Ave Maris Stella, Jeremie prophete ou Benedicamus Domino. Le livret du CD offre les textes des chants et leurs traductions. La beauté des voix, travaillées et élevées dans un style d’une homogénéité exemplaire, contribue à la grande qualité de cet enregistrement. Les musiques sacrées de la Baltique, cette mer dont les contours évoquent la silhouette d’une femme en prière, sonnent en gloire grâce à l’Ensemble Peregrina. On attend les deux volets suivants qui boucleront une anthologie de spécialistes et qui fera date.

Frédéric Muñoz

<< retourner