Warenkorb
(0 Artikel)

 

LES LEÇONS DU PASSÉ
La magie des Welte-Mignon
Debussy, Ravel, Mahler, Einecke, Grieg, Granados… jouent leurs œuvres.

Vous aimeriez entendre Ravel, Debussy, Strauss, Saint-Saëns, Reger jouant sur un piano d'aujourd'hui leurs propres Oeuvres? Et que diriez-vous aussi d'une restitution « parfaite » des interprétations des premiers Horowitz, Fischer, Lhévinne et autres Schnabel? Le label allemand Tacet propose une anthologie des rouleaux gravés par le procédé Welte-Mignon. Le système est simple, mais le procédé de restitution particulièrement complexe! En effet, les pièces jouées par les compositeurs eux-mêmes ont été numérisées à partir de l'appareil inventé en 1904 par la firme Welte & Fils de Fribourg. Les rouleaux perforés de l'époque ont capté le toucher, le jeu des pédales et les nuances les plus fines. Il suffit aujour¬d'hui de transférer ces témoignages sur un piano de concert.

C'est donc un véritable choc que d'entendre dans un confort d'écoute optimal les Children's Corner et quelques Préludes par Debussy, mais aussi la Sonatine, les Valses nobles et sentimentales de Ravel sous les doigts des compositeurs. Quelles leçons en retirons-nous? D'abord, l'étonnante liberté de ces deux génies vis-à-vis de leurs partitions! Il est vrai aussi que le jeu de Ravel n'est pas d'une justesse infaillible… Mais si l'on dépasse l'aspect purement technique, on s'aperçoit de l'extrême finesse et de la personnalisation des touchers. Les dynamiques sont généralement faibles, les doigts semblent effleurer le clavier. Sans aucune brutalité. La clarté et la douceur sont stupéfiantes. D'autres exemples sont frappants comme ces deux volumes consacrés à des œuvres de Brahms interprétées par Nikisch, Lhévinne, Samaroff, Ney ou bien les Études de Chopin par Pachmann et Paderewski…

La virtuosité des pianistes est stupéfiante, mais on est plus surpris encore par la fougue, l'engagement, parfois même les coquetteries, les ornementations intempestives que certains provoquent comme des tics. De toutes ces leçons de maîtres, on retient que les personnalités les plus fortes ne s'épanouissent qu'après une compréhension viscérale et profonde des œuvres. Schnabel dans les Valses de Josef Strauss et de Josef Lanner (qui oserait jouer cela aujourd'hui ?), Horowitz en 1926 dans quelques Préludes de Rachmaninov nous interpellent. D'où proviennent le charisme et le charme insensés de leurs lectures? Mystère.

Chaque année, Tacet publie trois ou quatre nouveaux CD des archives Welte-Mignon. À thésauriser.

S. F.

<< zurück